Comment protéger son cheval de la canicule ?

La température va grimper très fort cette semaine avec un épisode de canicule et des températures records pour un mois de juin. Tout comme nous, les chevaux souffrent de la chaleur. Alors comment protéger son cheval de la canicule ? Comment concilier équitation et canicule ?

En cas de canicule, les gestes qui permettent de protéger les chevaux relèvent avant tout du bon sens. Tour d’horizon sur les points essentiels à ne pas négliger pour qu’ils supportent au mieux cet épisode de chaleur.

L’ombre

Si votre cheval est au pré, il est important qu’il puisse bénéficier d’un coin à l’ombre (un arbre ou un abri) aux heures les plus chaudes de la journée.

Abri cheval canicule chaleur

D’ailleurs, il s’agit d’une obligation légale. Le code rural, dans son article R. 214-18 stipule que les équidés ne peuvent en aucun cas être gardés en plein air lorsqu’ils n’ont pas d’abri leur permettant de se protéger des variations climatiques (chaleur, froid).

En cas de très forte chaleur, le box est lieu idéal la journée. N’hésitez pas à laisser le volet du box entrouvert pour empêcher la chaleur et les insectes d’entrer. Attention tout de même, dans certains box, la température peut grimper très vite à l’intérieur. Dans ce cas, il vaut mieux privilégier le pré avec ombre et eau à volonté.

L’hydratation : eau à volonté

Il faut veiller à ce que son cheval s’hydrate correctement en été. En moyenne, un cheval boit entre 20 et 40 litre d’eau par jour. Mais en cas de fortes chaleurs, ce chiffre peut doubler et atteindre les 80 litres, voire les 100 litres.

eau cheval canicule chaleur

Qu’ils soient en pré ou en box, les chevaux ont besoin de pouvoir s’hydrater à volonté. Veillez bien à lui fournir une eau fraîche (mais pas froide) et propre. L’eau chaude est propice au développement des algues, ce qui peut être un frein à la prise de boisson.

Déshydratation et coup de chaleur : attention danger !

La déshydratation

L’eau représente 70% de la masse d’un cheval : soit environ 350 litres d’eau pour un cheval de 500 kg. En cas de déshydratation, le cheval puise dans les réserves de son organisme, ce qui entraîne des dangers pour sa santé. En effet, la première réserve d’eau est stockée dans le tube digestif (estomac, intestins…). En cas de déshydratation, le contenu du tube digestif devient alors plus sec, le transit ralentit, ce qui peut entraîner des coliques et de graves problèmes de la fonction urinaire et rénale.

Faites le test du pli pour détecter la déshydratation de votre cheval : pincez et tirez sa peau vers son épaule et relâchez. Si la peau ne revient pas à la normale dans les 2 ou 3 secondes, votre cheval est déshydraté.

Le coup de chaleur

Un fort taux d’humidité conjugué à des températures extérieures élevées et une aération insuffisante peuvent également provoquer un coup de chaleur.

Normalement, l’évaporation de la sueur à la surface du corps suffit à refroidir le cheval. Mais lorsque le taux d’humidité est très élevé, l’évaporation naturelle ne suffit plus et la température interne du cheval peut rapidement dépasser les 41,5° au lieu des 37,5° habituels.

Attention : contrairement à une idée répandue, un exercice physique intense n’est pas forcément en cause, le coup de chaleur peut également survenir chez le cheval au repos.

Que faire en cas de coup de chaleur ?

Les symptômes du coup de chaleur sont caractéristiques. Le cheval transpire anormalement ou ne transpire pas du tout. Sa respiration s’accélère. Son cœur bat très vite. Il prend des attitudes hébétées : tête basse, œil fixe, désorientation, état de stupeur… Ses muqueuses sont congestionnées et très rouges.

Dès les premières observations de ces symptômes, il faut agir très rapidement. En effet, si aucun traitement n’est mis en place les symptômes peuvent s’aggraver (perte de connaissance et décès) :

  • Arrêter immédiatement le cheval en cas d’exercice physique et le desseller et le débrider,
  • le mettre à l’ombre dans un endroit aéré,
  • Arroser doucement avec de l’eau fraîche (mais surtout pas froide) sa tête, son encolure, son poitrail et ses membres ou les recouvrir de linges humides. Insister particulièrement sur la nuque car c’est le siège des centres nerveux responsables de la régulation thermique.
  • Lui proposer à boire à volonté de l’eau fraîche (mais pas froide pour éviter les risques de colique).

Si votre cheval ne récupère pas rapidement, le vétérinaire doit être appelé. Il s’agit d’une urgence vitale !

N’oubliez pas la crème solaire

Hé oui, on parle bien toujours de cheval ! Les chevaux aussi sont sensibles aux coups de soleil.

Certains chevaux ont la peau plus sensible que d’autres et doivent être protégés des UV. C’est la cas notamment :

  • des chevaux gris,
  • des chevaux crèmes,
  • et des chevaux qui ont des ladres, des listes et des balzanes.

Heureusement, il existe des solutions pour protéger nos amis équidés. Évitez d’exposer votre cheval au soleil s’il a une robe claire et offrez-lui un lieu ombragé. Il existe également des couvertures anti-UV que vous pouvez trouver dans le commerce.

De plus, appliquez régulièrement de la crème solaire indice 50 sur les zones sensibles et dépigmentées de votre cheval, comme le bout du nez; la liste et les balzanes.

La douche

Vous pouvez aider votre cheval à réguler sa température en le douchant avec de l’eau fraîche plusieurs fois dans la journée, si nécessaire. Commencez toujours par doucher les jambes en remontant progressivement. Évitez de le doucher avec de l’eau très froide afin d’éviter un choc thermique trop important entre la température extérieure et celle de l’eau.

Si vous n’avez pas accès à un lieu de douche, vous pouvez recouvrir votre cheval de linges humides au niveau de l’encolure et surtout de la nuque qui, comme nous l’avons dit plus haut, est le siège nerveux de la régulation thermique.

Votre cheval au travail

A la maison

En cas de fortes chaleurs, il faut adapter le rythme de travail de votre cheval. L’idéal est de prévoir des séances plus courtes et aux heures les moins chaudes, c’est-à-dire le matin avant 11h ou le soir après 17h.

C’est le moment idéal pour organiser des balades à la fraîche.

En concours

Lors de compétitions, pour protéger son cheval de la canicule, la priorité est de réguler sa température. Pendant la détente, vous pouvez mouiller régulièrement à l’aide d’une éponge son encolure, son poitrail et sa nuque.

Après son passage, douchez votre cheval plusieurs fois en le faisant marcher entre deux douches.

De plus, n’oubliez pas que la transpiration entraîne une perte importante en électrolytes. Si votre cheval transpire beaucoup, pensez à compenser les pertes par un apport d’électrolytes dans l’eau de boisson. Attention : il est inutile de donner des électrolytes de votre cheval avant son effort, il ne peut pas les stocker.